dhoni, ind vs pak
“Dhoni not this match please”: Pakistani fan makes hilarious plea ahead of India vs Pakistan

India and Pakistan begin their campaign for the 2021 T20 World Cup in Dubai on Sunday. It will be the first time the two teams have come together since the 2019 World Championship match in Manchester more than two years ago.

As expected, tickets for the game sold out within hours of going on sale. Pakistan have never beaten India at any Cricket World Cup – the record is 7-0 in favor of India in 50-over format, while it is 5-0 in form T20.

While an ICC trophy has eluded Kohli as a leader, he will have plenty of experience to tap into with the addition of team mentor Mahendra Singh Dhoni, who led India to the first T20 World Trophy in 2007. and under 50 years later four years later. .

As the Indo-Pak clash nears D-Day, the jokes and fun have started with fans joining in the fun. In one of these recent cases, a Pakistani fan girl was seen asking Indian players and mentor MS Dhoni not to play against Pakistan.

“Rahul, please don’t play well tomorrow. No please don’t play well tomorrow, ”he can be heard saying as India’s opener returned after a practice session. A few moments, as Dhoni emerged from the scene, he was also heard responding to a question from the crowd, saying: “Humara kaam hi aisa hai. The woman who asked Rahul not to play then said to MSD, “Mahi is leaving this game… in the next game. Not this game please.”

India vs Pakistan starts at 7:30 p.m. Sunday night.

Sri Lanka vs Bangladesh T20 World Cup Live
SL vs BAN Match Live Scorecard

Sri Lanka vs Bangladesh Live Score and Updates.

Teams (from):

Sri Lanka: Dasun Shanaka (c), Kusal Janith Perera, Dinesh Chandimal, Dhananjaya De Silva, Pathum Nissanka, Charith Asalanka, Avishka Fernando, Bhanuka Rajapaksa, Chamika Karunaratne, Wanindu Hasaranga, Dushmantha Chameera, Lahiru Keshando The Fernando The Danielsanjaan, Maidu Hasaranga.

Bangladesh: Mahmudullah (capt), Liton Das, Mohammed Naim, Mahedi Hasan, Shakib Al Hasan, Soumya Sarkar, Mushfiqur Rahim, Nurul Hasan (WK), Afif Hossain, Nasum Ahmed, Taskin Ahmed, Shamim Hossain, Mustafizur Rahman, Mohammed Saifuddin.

AUS v SA: We needed a little luck in the end, says Aaron Finch

Australia captain Aaron Finch said his side “need a bit of luck” to defeat South Africa in their ICC T20 World Cup opener here on Saturday.

The Aussie hitters did just enough to secure a five-wicket win in the final round after their bowlers put it in place with a nice display, limiting opposition to 118 for nine on a field to play shots n ‘ was not the easiest job.

At one point, Australia were 81-for-five in the 16th, leaving the game on a level playing field before Marcus Stoinis (24 not eliminated) sealed it in his side’s favor with two fours in the final.

“The canoe was probably a little more relaxed than me. Each time it comes down to the thread, but Stoinis and (Matthew) Wade kept their cool there. That’s what experience can do, ”Finch said at the post-game presentation ceremony.

The skipper also praised the versatile Glenn Maxwell who played with the ball before going out for 18 with the bat.

“We felt there were some good games for him on the power play and then (David) Miller came in and they couldn’t go strong, they were kind of in a waiting pattern (so it worked). “

Regarding man of the match Josh Hazlewood, who returned excellent 2/19 numbers in four innings, Finch said: Game.

“People say it’s easy in this format, but when you get it right on a pitch with variation it can get tough.”

Finch also said that periodic breaks in the game would be great for players on his team.

“There’s never been a problem for us – we know people need to rest and I think for the longevity of Australian cricket that’s a good thing.

“It’s good to find some experienced guys because it counts in a World Cup.”

South Africa were superbly lined up and the highlight was Aiden Markram’s sensational diving catch, making it difficult for Australia.

“South Africa are as good a field team as they can get, in a big field that you think you can exploit (but they haven’t given anything). At the end of the day, we needed a little luck to get our way and we got it, ”Finch said.

South African skipper Temba Bavuma looked at the match’s positives as his side fought to the end and gave Australia a run for their money despite defending a low total.

“We want to talk about our resilience. Big effort on the part of the guys to get us to the last one. We didn’t have enough with the bat and it was always going to be tough for the bowlers, and it was a good effort on their part to get to this point, ”said Bavuma.

South Africa had a chance after claiming Australia’s fifth wicket in the form of the dangerous Maxwell, but Stoinis had other ideas.

Bavuma said the Australians have adapted better to the conditions.

“I think Australia played well, with the possible exception of the quick pitcher. They adapted to the conditions, hitting this back lengthwise. Their spinners too, they gave us nothing.

“Credit to Aiden (Markram, who had the best score with 40 for SA), but as a batting team it’s certainly not to be planned. Even though it wasn’t a day that didn’t go as planned, there are some positives to be learned. We talked about it at halftime that we weren’t going to leave anything out.

Hazlewood, who played beautifully alongside Adam Zampa (2/21) and Maxwell (1/24), said hitting the right length was key.

“I think length was the key, hitting the right length, just over the stumps. Anything slightly short or fuller seemed easy, so length was the key. The wicket was pretty good, but it was a bit stopped, a bit slow, ”said Hazlewood.

“It plays out that way during the day and gets easier at night. We have a number of all-rounders there and Maxi was the man today to play four. It kind of came close at the end, but we have finishers and we had confidence in them. PTI AH AH

India vs Pakistan, t20 World cup
Dubai expects cricket festival like no other, India-Pakistan on Sunday

The T20 World Cup has finally arrived, after a postponement induced by the pandemic that had marked it at the back of the IPL. If there was any fear that the IPL would trigger viewer fatigue, it was canceled by the program, which resulted in assured box office success – India v Pakistan – on Sunday.

The World Cup qualifying phase is over and the real deal begins on Saturday with Australia taking on South Africa, but for many in Dubai and elsewhere, Sunday’s tantalizing clash is the real McCoy.

For locals, it feels like the T20 World Cup is a one-game tournament, with people willingly paying AED 2,400 (around Rs 49,000) for a ticket.

At the famous Dubai Expo, India and Pakistan don’t quite live side by side, but up close. India’s neighbor is Italy, while the flag of Pakistan overlooks that of Indonesia. There is absolutely no conflict. Pakistanis line up to see the art, culture and science of India. A Keralite was seen asking a security guard for the direction of the Pakistani flag. Cricket, however, is a different ball game.

At Dubai Airport on Friday morning, a person overseeing passenger Covid testing was anxious to see if the India-Pakistan T20 World Cup match would take place. “Maybe the government will make a decision tomorrow,” he said, referring to speculation about the game.

A Dubai Sports City (DSC) official, helping the International Cricket Council host the T20 World Cup, denied the rumor, detailing how he struggled to push back requests for tickets to Sunday’s game.
MS Dhoni MS Dhoni at the Indian team optional training session. (BCCI / Twitter)

That DSC officials are excited says a lot about the magnitude of the game. They are used to watching Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Lewis Hamilton and Roger Federer year after year. Lately, Dubai and the United Arab Emirates have become the epicenter of global sport. It is the preferred escape route for the Indian Premier League. When this year’s T20 World Cup had to make a forced change in Covid, the UAE became an automatic choice as a replacement. In a few months, as FIFA President Gianni Infantino has said, the UAE will host the Club World Cup.

Cricket arrived in this part of the world in the early 1980s, through business tycoon Abdul Rahman Bukhatir, accompanied by former Pakistani captain Asif Iqbal. But Sharjah, despite the carnival, remained the desert’s tenuous link with sport until the turn of the century. Now there has been an explosion.

From hosting one of the richest events on the ATP Circuit to Formula 1 in Abu Dhabi, badminton Super Series finals, the Dubai Rugby Sevens and the Dubai Desert Classic golf course, this region has opened his heart to world-class sporting events. “I think it’s because of the world-class infrastructure here and the marketing campaign. The weather is also a factor, ”Sarah-Jane Carter, former head of marketing and sponsorship at DSC, told The Indian Express.

It sounds like what Harmeek Singh, strategic director of the UAE Athletics Federation, told this newspaper about a month ago. “The infrastructure we have here is state of the art, which makes developed countries want to look at us. Dubai and the United Arab Emirates have always been known to lead, rather than follow, so we bring the biggest and the best. “

This year marks the 50th anniversary of the United Arab Emirates’ formation and the T20 World Cup is another global sporting event he can revel in.

But leaving brand play aside, it has been a slow burn in terms of the fanfare. Only a few cardboard cutouts greet visitors near the Dubai International Stadium. Right now the Expo is clearly trumping the World Cup and there is a school of thought that the ICC has failed to sell the centerpiece of cricket. The absence of the UAE from the tournament cannot be a factor, as the country has become a global sports hub without boasting of having a world-class sportsman.

It is a young country and of its 9.89 million inhabitants, 88.52% are expatriates (Global Media Insight data). This is the reason why an India v Pakistan match will always be the biggest sporting attraction here, especially as the rivals have met again after a two-year gap.

The locals have analyzed the team combinations and there is also great interest in MS Dhoni taking on the role of mentor for India. Much would depend on the weekend’s two matches, especially the India-Pakistan match, for the World Cup to maintain interest in the desert.

suryakumar yadav
Suryakumar Yadav’s stick in post-Powerplay overs can be game-changing for India: Wasim Akram

Legendary former Pakistani captain Wasim Akram named stylish Suryakumar Yadav as a potential ‘game changer’ for India at the ICC T20 World Cup, claiming his ability to hit innovative 360 ​​degree shots in the Powerplay posts makes him a special player.

India and Pakistan open their tournament campaign against each other on Sunday and the world’s greatest left arm pitcher says Pakistan’s sad ICC record will have no bearing on the game at to come.

“Suryakumar Yadav is going to be a game-changer in India. He will change his skin tone after the six overs (Powerplay) and I saw his shots, he was with me (Akram was the mentor) at KKR (in 2012 and 2014) and now he has improved, ”Akram told “Aaj Tak”. .

“What a great player he (Surya) has become. He plays hits and doesn’t stop, so he should only play that way,” Akram added.

In fact, Akram believes that Surya is the product of the sturdy domestic structure that BCCI has built over the past decade.

“Indian cricket is on the rise and I heard Ajinkya (Rahane) say that BCCI has invested in national cricket. You get the fruits now.

While Virat Kohli has decided to step down as T20 captain, Akram believes it will help him “play cricket fearlessly” in the tournament.

On comparisons between Kohli and his young Pakistani counterpart Babar Azam, another player destined to be a big one for his country, Akram believes Babar will end up emulating the Indian captain in terms of achievements.

“Virat is Virat, one of the greatest in the world. Babar has just become captain, but he is once again a very good player to watch. It is consistent across formats, T20 or ODI. He learns the ropes of the captain’s profession because he learns quickly.

“It’s a journey and Babar will eventually hit the heights that were surpassed by Kohli,” said Akram, who has more than 900 international counters in testing and ODI.

However, the pragmatic former Pakistani skipper was not too happy that the squad was changed a week before the start of the tournament as veteran Shoaib Malik was selected.

“The selectors changed three guys and Shoaib is in good shape, but that tells you the selectors had no planning. When you create a situation like this, the players would be in two minds. But now that the team is announced, I would say that Shoaib has the experience and there will be some difference, ”Akram said.

He said Shoaib and Mohammed Hafeez can stem the rot in the event of a first-order collapse.

“If two quick wickets go missing, then he and Hafeez can stabilize the innings. In T20s, you can’t hit 4 and 6 on every ball.

Akram wants Pakistan to follow the Caribbean model in the middle where even if they lose wickets, they keep attacking. They might lose a few games in the process, but the intention should be to play positive cricket.

“The problem in T20 comes from the 6-12 overs and teams normally have trouble in this phase.

“Good teams usually carry the momentum of Powerplay because if you play the hold game it will be 70 in 12 overs and even if you score 10 in over it will be 160.

“Look at the West Indies (winners of the T20 WC in ’12 and ’16), they never stop. They would keep hitting, but Pakistan is racing and then the pressure increases, ”Akram concluded.

Fifth test between India and England postponed to July 2022

The fifth and final test between India and England, which was suspended due to a COVID-19 outbreak at the visitors’ camp last month, was postponed Friday until July of next year.

England and the Wales Cricket Board have announced that the game has been moved from Manchester to Edgbaston and will be part of the White Balls Tour of India. The match will take place from July 1.

“With India leading the series 2-1, the fifth closing match will now take place from July 1, 2022, in Edgbaston, following an agreement between England and Wales Cricket Board (ECB) and the Board of Control for Cricket in India (BCCI), ”the ECB said in a statement.

“Ticket holders do not need to take any action as all tickets will remain valid for the equivalent reorganized match day at their host venue.

“The host sites will communicate the details of the new match to ticket buyers and the options available to them, including the time frame to request a refund if they are unable to attend the new match day,” the ECB added.

BCCI President Sourav Ganguly made it clear last month that the rescheduled match would be an extension of the series and not a standalone match.

“We want the series to be over because it will be our first series victory (in England) since 2007,” Ganguly said.

India were leading 2-1 when the game was called off after visiting players refused to take the pitch following positive COVID-19 cases among their support staff, including head coach Ravi Shastri .

magicien amateur; tweaker-trickster professionnel | Actualités sportives, The Indian Express

Les fans d’Harry Potter sauront que c’est la salle sur demande ; les joueurs de cricket moldus le surnomment opérations backend. Tabraiz Shamsi est un magicien amateur. Il s’inquiète également de savoir pourquoi certains googlies ne tournent pas autant qu’il le voudrait, au cricket.

Pour le joueur de bowling chinois de Proteas, la pièce requise d’où il pouvait extraire toutes les données de jeu était autrefois le fiable “P Dawgg”, l’ancien analyste sud-africain Prasanna Agoram combinant son ken et nous et un ordinateur portable à traitement rapide. Prasanna serait enviable au courant des essais (et erreurs) des pièces de monnaie classiques Tourniquet du Magicien Shamsi avec la balle de cricket. Ce qui était la bizarrerie peu glamour en cours de sa rotation de la jambe du bras gauche.

Sur le coup de 1 heure du matin, le plus souvent, Shamsi venait chercher ce qu’il appelait des ” boules de merde “, dans ce que Prasanna estimait être des sorts de bowling par ailleurs impressionnants, moins que de lancer une balle. C’était cette livraison spécifique qui allait pour un six pour salir les chiffres du match 4-0-22-3 T20 de Shamsi. Ce sont les bugs, pas les fonctionnalités, sur lesquels le joueur de 29 ans se focaliserait avec méchanceté.

«Je ne ferais jamais remarquer qu’il manque sa longueur ou que le pied arrière s’effondre, à 12h30 dans la nuit. Parce que Shamo, voyez-vous, m’emmènerait ensuite aux filets à 1 heure du matin ! Il est capable d’appeler le manager et de lui dire à cette heure que je dois m’entraîner MAINTENANT. Vous deviez faire attention à ce que vous lui disiez à 1 heure du matin », rit Prasanna, soulignant l’admiration sans réserve pour le dévouement du fileur Proteas.

Une série d’auto-récriminations en staccato suivrait le “Bhai, pouvez-vous s’il vous plaît mettre la boule de merde qui est allée pour un six.” « Il se maudissait en regardant les rediffusions : ‘pas bon, pas de classe internationale, boule d’ordures.’ Si vous essayez de lui dire que Jos Butler est «bien joué» et pas exactement une mauvaise balle, il serait dur avec lui-même et dirait: «C’est un non-sens de Shamo», se souvient Prasanna de ses normes exigeantes.

Car, le fileur n ° 1 mondial sud-africain – qui prête du mystère à l’attaque au bowling de Saffer s’il n’éclipse pas entièrement sa batterie de stimulateurs foudroyants – sait que tous les tours de passe-passe peuvent s’accompagner de coups du sort incontrôlables. Tant en magie qu’en cricket.

Un jeune garçon de 15 ans à Paarl qui a essayé de jouer rapidement comme Wasim Akram et Chaminda Vaas, s’était retrouvé en tant que rotation de la jambe du bras gauche, après des années de réglage compulsif. Et a pris les échecs et les omissions dans les cinq foulées de son élan.

***
Né à Johannesburg, Shamsi voulait être un super rapide au pays des meneurs de vitesse. Cependant, ses progrès n’ont pas suivi la voie habituelle consistant à être identifié tôt pour les équipes First dans les écoles et les groupes d’âge. De plus, on lui a dit qu’il n’était pas assez rapide.

S’exprimant récemment sur le podcast ” Pavilion conversations with C.S “, Shamsi se souvient de sa première pause à l’âge de 15 ans, jouant seul dans les filets de l’école, avec le bureau de l’entraîneur de cricket à proximité. L’entraîneur s’arrêtait et lui demandait ce qu’il faisait. « J’ai dit : ‘Monsieur, les sélections U15 approchent. Je veux donner envie à l’équipe Paarl de progresser ». Il m’a dit – tu n’y arriveras pas. Mais même là, je pensais qu’il réalisait le type de personnage que je suis. C’était juste sa façon de me pousser encore plus fort. Il a dit ‘Ne perdez pas votre temps à pratiquer car vous ne serez pas sélectionné. Et j’étais encore plus motivé », a-t-il déclaré à l’hôte M. Chiwanza.

Shamsi se retrouverait avec la plupart des guichets de ce tournoi, ferait l’équipe B (“Toujours pas A”), suivi des U17 et des U19 pour l’équipe locale. «Je n’ai pas été sélectionné pour les SA U19 ou invité à des camps. Mon passé était un peu différent. En fait, j’ai eu ma chance au cricket semi-pro parce qu’un joueur a été sélectionné pour les moins de 19 ans et est allé à la Coupe du monde. Une place s’est ouverte à cause de lui. Je savais juste que c’était ma chance que j’avais de le faire fonctionner. Et heureusement j’ai joué. Quand il est revenu de la Coupe du monde, il n’a pas pu intégrer l’équipe », se souvient Shamsi.

C’est vers 2015-6, après s’être concentré sur Chinaman comme sac de choix de trucs assortis dans la franchise, le cricket provincial, qu’il a d’abord cherché Prasanna, tout en suivant de près le leggie senior et son «bruv» Imran Tahir. Prasanna a promis de compiler une liste des filateurs T20 exceptionnels de cette année à des fins de comparaison, lorsque Shamsi lui a demandé: «Pourquoi simplement T20? Je veux lire tous les formats.’

Prasanna a promis de revenir après deux jours vendredi et lundi, il a reçu un message du hall de l’hôtel à 10h30 indiquant que Shamsi attendait. “Normalement, les joueurs de cricket se présenteront à 11h30, si l’heure de l’analyste est 10h30. Ce type m’a fait abandonner mon petit-déjeuner et était prêt avec une liste de questions. J’avais préparé une présentation plus tôt sur des quilleurs comme Warne, Ajmal et Herath et comment ils jouaient sur des pistes inutiles, quelle longueur de bowling à quelle étape, et je lui ai proposé de le lui envoyer par courrier électronique. Il me dit : « Non. Je vais l’écrire dans mes propres mots. Je ne veux pas de raccourcis.

Shamsi s’asseyait et planifiait pour chaque batteur – son journal de notes en remorque, même les jours de match quand il n’était pas dans Playing XI. Et une fois, il expliquerait pourquoi les ondes cérébrales l’avaient frappé à 1 heure du matin – son moment préféré pour réfléchir avec l’analyste. “Il m’a dit une fois qu’il mangeait mon cerveau à cette heure-là, alors il rêve de comment sortir un Kohli ou un Sharma, afin qu’il puisse se réveiller le lendemain, il puisse exécuter les plans d’entraînement.”

Une fois, il s’est énervé parce que ses googlies ne tournaient pas autant que Kuldeep Yadav ou Brad Hogg. “Quand il a dit que ça ne tournait pas, je lui ai dit Shamo’ tu n’avais pas joué de googly. C’est ça. Il a frappé les filets et a lancé 1000 googlies non-stop et a ensuite dit, il frappe maintenant le groove.

Mais rien n’avait préparé Prasanna à la chute du micro de Shamsi lors du test de la balle rose contre l’Australie où le Chinois était imaginé car il est plus difficile de repérer le poignet dans le crépuscule adelaïdien. Shamsi a reçu l’ordre de bloquer pour 20 balles et de soutenir Faf alors que Proteas s’accrochait à 210-9. Shamsi annoncerait qu’il marquerait un 50 – contre Pat Cummins, Hazlewood et Starc. Finalement, il était invaincu le 18. “Il est revenu et a crié ‘Si quelqu’un m’avait soutenu, j’aurais touché ce 50’.”

***

Cet état constant de « optimisme » – parler de ses propres capacités à marquer un 50 à venir au n ° 11 contre Cummins & Starc – pourrait bien être le genre de swag et de grésillement dont les équipes sud-africaines ont besoin lors des tournois ICC. Pendant une grande partie des 30 dernières années, les Proteas ont participé à des tournois avec des étiquettes lourdes de « talentueux » et de « favoris » et ont échoué. La joie insipide et moqueuse des blagues d’étranglement a suivi son cours, et être léger pourrait bien s’avérer libérateur.

Pour toutes leurs courses-poursuites ratées en 50 overs, l’Afrique du Sud peut revendiquer le plus haut run-rally historique à 438. Et la remarque d’intervalle de manches de Jacques Kallis, le lanceur le plus cher de l’Australie 434, qui avait plaisanté “Les gars, je pense que nous avons fait du bon travail. Il leur manque 15 points.

Shamsi aime aussi ses one-liners bruyants. Et son agression de pantomime démesurée et bruyante.

Après avoir joué dans une victoire T20 contre l’Irlande plus tôt, il a déclaré au journaliste sud-africain Telford Vice : « Dans mon jeune âge, j’ai commencé comme sertisseur, mais on m’a dit que je n’étais pas assez rapide pour être un lanceur rapide, alors je suis devenu un fileur. J’ai grandi en regardant Andre Nel, Dayle Steyn, Allan Donald, c’est de là que vient l’agressivité.

Il sait que c’est une épée à double tranchant et qu’un melon peut être emballé, mais cela peut aussi perturber les frappeurs. « Tout ce qu’il faut pour gagner. Je suis chargé de faire sentir notre présence sur le terrain et de m’assurer que l’équipe ne recule jamais face à ses adversaires », a-t-il ajouté.

Shamsi a récemment répondu au tweet de Darren Sammy sur qui gagnerait le Mondial T20 : « Allez skipper, vous connaissez déjà la réponse…. L’Afrique du Sud bien sûr. Faites défiler le fil vers le bas, et un moqueur mutile sa grammaire : « êtes-vous une comédie ? » Un bon rire a été fait par tous. La pression a crevé.

“Il dira des choses comme” Je gagnerai tout seul”, dit Prasanna, “Que cela se produise ou non, cela donne confiance aux personnes proches de vous – à votre équipe.”

***

Shamsi s’est hissé au sommet du classement, prenant 49 guichets sur 42 T20I, avec un taux de grève de 14,8 et une moyenne de 6,6. Il y a eu un seau de guichets dans le cricket de franchise et The Hundred. Il a 31 ans et a offert son temps pour faire partie de l’équipe nationale, et encore 4 ans dans le Playing XI. Le guichet est donc une occasion de célébrer, estime-t-il.

“Je suis un être humain et non un robot et je veux créer des souvenirs heureux et durables qui vivront avec moi pour toujours longtemps après la fin de ma carrière et c’est la raison de mes célébrations”, a-t-il écrit une fois dans un article sur les réseaux sociaux. . «Mes célébrations ne signifient aucun manque de respect envers les adversaires. Ils m’aident à m’amuser, à s’allumer et à s’éteindre pendant le jeu pour relâcher la pression et à faire sourire les gens aussi.

Il y a la « Shoe » qui a commencé aux Antilles, où quelques secondes après un guichet, il haussait la cheville de la chaussure gauche et faisait semblant de parler sur un récepteur fixe. Ensuite, il y a la fête du chauffeur de bus avec Carlos Braithwaite et quelque chose sur le gazouillis d’un oiseau. Un baiser volant à la femme et un faux coup de poing à un joueur de champ comme un hip hopper des rues. Bien que les histoires inédites suscitent l’anticipation de ce qu’il va concocter ensuite.

Prasanna dit qu’il peut y avoir de nouvelles coiffures avant chaque match, parfois “trois fois par semaine”, et que les tours de magie et les célébrations sont pratiqués avec autant de diligence que les googlies et les top-spinners. « Non seulement il dira : ‘Demain, je ferai sortir Ben Stokes.’ Il vous demandera également d’assister à la célébration.

Parmi ses trompettes de triomphe sur le terrain les plus célèbres après avoir pris un frappeur au collet, il faut sortir une baguette d’un hankey – l’aliment de base d’un magicien. Mais jamais au cricket, où le glossaire de la magie est étalé sur les quilleurs lents et leurs ruses.

Les commentateurs de T20 adorent son nom, lui prêtant le vroom d’un appelant à un match de football sud-américain : « Shaaa-mzzziii ». Mais ce sont les célébrations qui peuvent dérouter le plus qualifié des conteurs. Lorsque Shamsi a obtenu Wihan Lubbe dans la Super League de Mzansi, le commentateur se préparait à la célébration attendue. « Est-ce que la chaussure se détache ? Non. Regarde ça… c’est magique », gloussait-il. Cricket a été momentanément mis de côté, avant qu’il ne reprenne confus: “C’était un legpinner…… Excusez-moi… Offspinner… Cela a fait l’affaire….” La livraison de Shamsi s’était éloignée du gaucher et la post-célébration a quitté l’esprit du commentateur en nœuds.

Apparaissant au Dan Nicholl Show en Afrique du Sud, Shamsi avait tiré un de ces tours «Je peux deviner que la carte a été retirée du jeu après avoir été mélangée». C’était un as de pique.

La magie avait été son option de repli jusqu’à l’âge de 16 ans, disait-il. “Donc, si le cricket ne marche pas… Je vais pratiquer la magie pendant 10 ans… Mais naa… Ça va marcher… Je vous embobinerai tous”, disait-il, charmant le public.

Au début du concert magique, Shamsi avait remis une enveloppe scellée à l’hôte. “Scellé avec de la salive de Proteas” avait plaisanté Nicholl avec une révérence murmurée. L’enveloppe distrayante était brièvement devenue la pièce maîtresse, et Shamsi expliquera plus tard :
« Tu es satisfait de m’avoir fait arrêter de mélanger quand tu le voulais ? Ce qui est drôle, c’est que… vous pensiez que vous étiez en charge du tour… me dire quand m’arrêter. Même si c’est ton émission, je dirige cette fête… Je te contrôlais et je t’ai en fait fait arrêter à un moment précis. … Et pour prouver que j’avais écrit quelque chose dans cette enveloppe avant de commencer le tour. » Il lisait Ace of Spades.

L’assortiment de Chinaman de Shamsi, c’est un peu ça : la spontanéité planifiée. Allan Donald dans une vidéo en le présentant à RCB il y a quelques saisons, a déclaré: “Le bras gauche, modifie-le de cette façon, modifie-le de cette façon, puis modifie-le dans l’autre sens.” Offrant des options d’attaque au milieu, avec sa capacité à faire tourner la balle dans les deux sens, et des variations de spinner supérieur, de spinner latéral et de googly, le rend efficace contre les gauchers et les droitiers. L’explosion constante d’activité – avant, juste après lors de l’appel (il a fait une fois des sauts de bhangra, puis s’est assis tout à fait en plaidant une décision) et lors de la célébration, est en fait la distraction de l’enveloppe scellée.

Pourtant, les mauvais jours ne sont pas inconnus à Shamsi, et son rôle peut être flexible comme la baguette du magicien, comme aux Antilles, pour faire taire les choses, contenir contre les gros frappeurs de puissance. « Il y a deux façons de dépecer un chat… Pas vraiment inquiet de ne pas avoir de guichets dans WI. C’était un rôle différent », a-t-il déclaré plus tard aux médias.

Parfois, la magie consiste à ne pas croire au flimflam et au tour de passe-passe. Comme les classements. « Je ne perds pas le sommeil parce que je suis n°1. C’est évidemment agréable d’être au top. Mais je l’ai déjà dit et je le pense vraiment. Je ne pense même pas être le meilleur quilleur de notre équipe. Nous avons quelques grands quilleurs dans l’unité. Les classements ne veulent rien dire si un batteur vous met la main dessus. Je ne sais même pas comment ces classements fonctionnent honnêtement.

BCCI could earn up to $ 5 billion from IPL broadcast rights alone

BCCI is poised for a windfall of gigantic proportions, as IPL (television and digital) broadcast rights could bring the Council up to $ 5 billion for the next five-year cycle (2023-2027) while interest foreground is observed. in the bidding process for the two new teams.

The current five-year rights (television and digital) for IPL from 2018 to 2022 belong to Star India but, according to those in a position to make decisions, the valuation, which is currently Rs 16,347.50 crore (2 , $ 55 billion), could more than double to reach 5 billion USD (around Rs 36,000 crore at the current exchange rate).

“There is a well-known American company that sent out BCCI probes some time ago, expressing serious interest in bidding for IPL media rights. With 10 teams playing IPL from 2022, the matches will drop to 74 and in any case, the property’s valuation increases, ”a senior BCCI official told PTI on condition of anonymity.

“But with two new teams on the verge of going for something between Rs 7,000 crore and 10,000 crore, broadcasting rights are sure to skyrocket. So expect IPL’s broadcast rights to exceed $ 4 billion and may reach $ 5 billion, ”the informed official said.

Any foreign company wishing to buy IPL properties must have an Indian wing.

Last time around, there were only two major players in the TV rights and digital media market, with Star India outbidding Sony, which held the rights from 2008 to 2017, by a large margin.

Star had made an offer of nearly Rs 5,300 crore more while Sony’s final composite offer was Rs 11,050 crore (USD 1.47 billion). Star India is a wholly owned subsidiary of The Walt Disney Company India.

BCCI normally classifies various broadcast offerings like TV, digital (streaming), radio and social media, but last time it allowed a separate offer as well as a composite offer.

Any company can also bid separately, but if the evaluation of the singular composite offer is greater than the cumulative amount of the singular offers, then this is taken into account by the Council.

BCCI is expected to launch the tender in Dubai on October 25, the same day that two new IPL teams will also be announced.

The BCCI is awaiting a solid auction from Star India and Sony, who would like to reclaim the IPL property in its bouquet.

Manchester United owner Glazer family collect IPL squad application document

The senior official also confirmed that the Glazer family, owners of Manchester United, had picked up the application document, with October 20 being the last day.

“Yes, the Glazers recovered the tender document. Obviously, IPL is now a globally recognized sports property and international firms will be interested.

“We don’t know if they would make an offer or if they would later be interested in buying shares in an existing IPL team,” the senior official said.

The IPL offer document costs Rs 10 lakh and a lot of trading houses and big companies buy the offer document just to analyze the business prospects.

There has been a tendency for private companies, which are overflowing with cash, to show interest but it remains to be seen how many have submitted the bids, which will be open on October 25, the day after the T20 World Cup match between l ‘India and Pakistan.

BCCI expects something between Rs 7,000 crore and 10,000 crore from the IPL team.

The official then gave the example of Red Bird Capitals, a US-based investment firm that is one of the investors in English Premier League giant (EPL) Liverpool. They currently own a 15 percent stake in the IPL Rajasthan Royals franchise.

As PTI reported some time ago, some of the main players who could bid for new IPL teams are Adani Group, Kotak, Pharmaceutical majors Aurobindo and Torrent Group, and RP-Sanjiv Goenka Group.

The BCCI allows consortia and companies with an annual turnover of Rs 3000 crore to bid for teams.

The base price for new IPL teams is set at 2000 crore INR.

Will a former Indian cricketer become part owner of the IPL team for the first time?

A highly regarded former Indian cricketer and big star of India’s World Cup victories could join one of the consortia as a minority stakeholder with his investment.

“Yes, a very well-known cricketer has shown a great interest in being part of the new franchises. Yes, he wants to invest his own money and be part of the consortium.

“He wants to be a minority shareholder but with his experience he would like to make the decisions in cricket. It remains to be seen whether any of the new business houses will accept such a proposal, ”the source said.

Mystère néo-lankais: Theekshana est prêt à perpétuer l’héritage de Mendis en matière de rotation non conventionnelle au T20 WC

Lorsque Maheesh Theekshana s’est emparé d’un guichet avec sa première balle de cricket international il y a un mois contre l’Afrique du Sud, et a terminé la soirée avec quatre guichets piquant la curiosité des spectateurs avec son tour mystérieux, la mémoire de son mentor Charitha Perera a traversé les années et s’est arrêtée à un l’après-midi lourd de Colombo il y a cinq ans.

Tirant l’index d’une femme âgée, un adolescent trapu aux yeux brillants se prélassait sur la pelouse qui longeait la ligne de démarcation, délimitée par de la poudre de craie qui tourbillonnait dans la brise légère. Un groupe de garçons l’a traîné, pas plus de 15 ans, jusqu’au petit terrain à côté du sol et lui a lancé le ballon. Et puis, les yeux émerveillés, je l’ai regardé faire un tour après l’autre avec la balle rouge. Le rassemblement d’enfants, de parents et de passants au hasard a augmenté, comme ils le font lorsqu’un magicien effectue des tours lors d’une foire locale. Perera s’est également joint à eux et Theekshana a également jeté un sort instantané sur lui. « Le dérapage, le dérapage… » marmonna Perera inconsciemment. “Je n’ai jamais vu un garçon de son âge acheter autant de dérapages, et ce n’était même pas un guichet emmêlé”, se souvient-il.

L’action a également frappé – “un Xerox d’Ajantha Mendis”. C’était plus ou moins un autodidacte – il avait commencé à regarder le cricket au plus fort de la manie mendis et de l’obsession du spinner mystérieux. Les entraîneurs, comme c’est courant au Sri Lanka, ne se sont jamais souciés de le détruire ou de le déconstruire. Un tweak ici, un réglage fin là, l’action qu’il a acquise naturellement est intacte.

Abasourdi, Perera a attendu la fin du match scolaire pour pouvoir faire une offre formelle de l’inscrire au St Benedict’s College, qu’il recherchait. Le collège n’avait pas produit de joueur de cricket international depuis 42 ans, et un groupe d’anciens étudiants avait formé un groupe appelé Kingsmen Cricket Foundation pour identifier les joueurs de cricket talentueux d’écoles indescriptibles, avant que les grands ne viennent bondir pour les attraper et les préparer à Sat . celle de Benoît.

Il s’est avéré que Theekshana attendait lui-même une pause. L’école où il a ensuite étudié, Siddhartha MMV à Sedawatta, ne pouvait pas fournir l’exposition sportive requise. Sa famille n’était pas assez prospère pour l’envoyer dans une école de cricket d’élite de la ville, ou dans une académie non plus. Il a obtenu son premier tutorat à l’école de cricket Asoka de Silva, mais il avait atteint un stade où il avait besoin de représenter une école avec une présence plus visible. Alors Theekshana hocha volontiers la tête bien que la grand-mère ait besoin d’un coup de coude. « Elle s’inquiétait un peu de la distance, puis elle ferait n’importe quoi pour voir le sourire sur le visage de son petit-fils », dit Perera.

Bientôt, elle allait devenir une présence familière et attachante aux séances de filet et aux matchs interscolaires. Ses connaissances en cricket étaient limitées, mais elle ferait n’importe quoi pour que Theekshana soit heureuse. « La grand-mère représentait le monde entier pour lui, et il représentait le monde entier pour elle aussi. Elle s’occupait de lui et de ses deux sœurs avec le peu de moyens dont elle disposait. Elle est vite devenue une grand-mère pour nous tous aussi », se souvient-il.

Ajout de nouvelles astuces

Le petit-fils était un garçon calme et affable. « Il ne perdrait pas de temps à bavarder avec des amis. Il ramassait tout de suite une balle et commençait à jouer au bowling. Il connaissait son bowling à fond et nous dirait ce qu’il avait et avait à ajouter. Sa conscience de soi nous surprenait », dit Perera.

Un jour, il a dit aux entraîneurs qu’il voulait développer une balle de carrom, l’arme ultime du nouvel âge pour les non-tourneurs. « Il avait déjà des connaissances théoriques et voulait que nous le guidions. Il se dirigeait vers les filets et continuait à pratiquer le même ballon pendant plus d’une heure. C’était un garçon très motivé, qui continuait à écouter les entraîneurs », se souvient Perera.

Il était aussi perfectionniste. « Il a pratiqué le carrom ball pendant trois ans, jusqu’à ce qu’il le maîtrise parfaitement. Il n’a pas essayé la balle même une fois dans un match d’école jusqu’à ce qu’il soit sûr de pouvoir la faire atterrir correctement. Même s’il s’agissait de jeux scolaires, il était conscient de ne pas gaspiller les balles », dit-il.

Cela s’appliquait aussi à son bâton – il n’a jamais aimé gaspiller des balles. « C’est un aspect discret de son jeu. C’est aussi un excellent batteur, il a remporté le prix du meilleur batteur scolaire au Sri Lanka en 2012. Il était un ouvreur offensif avant de commencer à donner la priorité à son bowling », observe-t-il.

Il était tellement concentré que Perera ne se souvient pas qu’il s’était battu ou même qu’il s’était disputé avec qui que ce soit, même dans des arguments de cricket « qui est meilleur que qui ». D’un supposé joueur de projet, il est devenu un frère cadet ou un fils pour la plupart des entraîneurs.

La période de cinq ans au collège a été l’un des progrès de la voltige. L’éblouissement complet de Thekshana a retrouvé une partie de l’ancienne gloire du collège, il a attiré l’attention des sélectionneurs juniors, a été accéléré à l’académie nationale de Colombo et, en deux ans, a enroulé le maillot du Sri Lanka autour de lui, en plus entrer dans l’équipe de l’armée où il est élevé par l’homme mystérieux Ajantha Mendis lui-même et a obtenu un contrat T10.

Rien, cependant, n’a changé en lui. « Il est toujours ce garçon calme aux yeux brillants, accroché à sa grand-mère, un frère cadet pour nous tous. Il nous appelle souvent pour des bénédictions, discute des variations et du spin-bowling en général. Après avoir obtenu le contrat de Jaffna Stallion, il a également fait don d’une partie des frais de match au collège », a déclaré Perera. Il n’a pas non plus cessé d’envoûter les spectateurs. La foule qui grossit autour de lui quand il joue aux quilles ne cesse de grossir comme s’il était un prestidigitateur tirant tour après tour de son chapeau.

********

Il y a environ deux ans, la nouvelle d’un jeune fileur mystérieux en train de cueillir un seau de guichets dans le cricket scolaire a atteint les portes de la National Cricket Academy, à l’intérieur du stade R Premadasa. Le directeur du cricket de l’époque, Simon Willis, et les entraîneurs de spin bowling ont appelé Theekshana pour un essai. Willis a été agréablement choqué. «Il nous a tous terrassés, avec son contrôle, sa précision, ses variations et cette action à la Mendis. Nous n’avons eu aucune hésitation à le prendre dans notre giron », raconte Willis, qui est maintenant de retour au Royaume-Uni, entraîneur indépendant après un passage avec le England and Wales Cricket Board.

Pour une expérience de première classe, il a été envoyé à la Colts Cricket Academy, où il a impressionné et empilé les chiffres avec la batte et la balle. Cependant, les seuls chiffres qui s’empilaient contre lui étaient ceux de son corps. À ce moment-là, il pesait 105 kilogrammes, avait 140 plis cutanés, avait mis 10,1 minutes pour terminer le test de deux kilomètres et son meilleur résultat au test YOYO était de 16,1. Le Sri Lanka a eu sa part de joueurs de cricket qui ne sont pas dans la meilleure forme physique, surtout les fileurs, mais en cette époque de cricket effréné, la forme physique est primordiale.

La prise de conscience de la nécessité de réduire le poids est apparue après que Theekshana a été négligé pour la Coupe du monde des moins de 19 ans. «Nous étions sûrs de ses compétences, mais sa forme physique était douteuse. Nous doutons qu’il puisse supporter les rigueurs du cricket international. Nous l’avons laissé tomber pour son propre bien », explique Willis.

Theekshana avait le cœur brisé, mais déterminé. « Nous l’avons éduqué, lui et ses parents, sur les exigences alimentaires. Ce qui arrive souvent ici, c’est que par amour les mères et les grands-mères mettent beaucoup d’huile, parfois des huiles bon marché, dans la nourriture qu’elles préparent pour les enfants. Et bien sûr, du riz aussi. Mais Theeskana l’a pris positivement et a travaillé très dur dessus », dit-il.

Pendant des mois, il a coupé le riz de son alimentation, coupé le poisson frit et les collations de sa vie et a couru tour après tour autour de la Premadasa. “Chaque fois que je l’appelais, il ne décrochait pas et me disait plus tard qu’il courait ou faisait de l’exercice dans le gymnase”, explique Perera. Les résultats ont été ahurissants. “Chaque fois que je l’ai vu, il avait l’air de plus en plus en forme, perdant au moins cinq kilos à chaque fois”, dit-il.

En 2020, Theekshana avait perdu 22 kg ; plus important encore, il a réduit de moitié ses plis cutanés, amélioré son test YOYO maximum à 19,2 et réduit le temps de sprint de deux kilomètres à 8,28 minutes. « J’étais super excité de voir le résultat du travail acharné du jeune homme. C’est sa détermination qui pourrait faire de lui un meilleur joueur de cricket », observe Willis.

Comme il l’était au St Benedict’s College, Theekshana est également devenu populaire à l’académie. « Il était aussi un succès parmi les joueurs seniors, et ils lui offraient une paire de chaussures, comme Thisara Perera, ou une nouvelle batte, ou un équipement de cricket tandis que les entraîneurs s’occupaient parfois de son aspect financier. Chacun de nous voulait le voir grandir et jouer pour le Sri Lanka un jour », dit Willis.

Aucun d’eux n’a touché à son action. Ou les méthodes. « C’est la plus grande leçon d’entraîneur que j’ai reçue du Sri Lanka. Ne vous embêtez pas à changer le naturel. Plutôt polir. De retour en Angleterre, je dis à tous les entraîneurs que je connais de ne pas changer ce qui est naturel. Le coaching non structuré a des mérites et je leur montre l’exemple d’Ajantha et Maheesh », dit-il.

Ce n’est pas la première fois, ni la dernière, quand Ajantha et Maheesh seraient regroupés dans la même phrase.

********

Leurs similitudes sont irrépressibles. Comme Mendis, Theekshana se tient à la fin de sa course en faisant tournoyer la balle, se lance dans des foulées de pitter-patter, saisissant la balle comme un lanceur de couture le ferait du bout de ses doigts, et la relâche dans une poussée vers l’avant rapide et douce sans secousse ou l’encombrement. Comme Mendis, sa main qui ne joue pas au bowling se tend vers le haut juste avant l’accouchement, l’index de cette main pointe vers le ciel comme s’il prémonisait que l’arbitre était sur le point de donner le batteur.

A la sortie, le mystère se dévoile. L’un après l’autre. Le hors-pause standard qui ne tourne pas beaucoup ; le curseur qui dérape de la surface, la balle de carrom qui le lance et le plus meurtrier de tous, le googly, lancé du dos de la main. Une jambe cassée a également fait des apparitions sporadiques dans le cricket domestique. Comme Mendis, il pouvait frapper le ballon avec la plupart de ses doigts caoutchouteux et semble être extrêmement lâche, malgré des problèmes de poids dans le passé. Combiné à sa vitesse de bras aveuglante, il est difficile de déchiffrer ses variations, même avec une dissection microscopique.

Il expérimente plusieurs prises. L’off-break standard est livré avec l’index et le majeur écartés plus larges que les off-spinners plus conventionnels. Par conséquent, beaucoup de pouce entre aussi dans la balle, et il joue à la fois avec la couture verticale et brouillée. Pour la balle de carrom, il écarte ces doigts – le pouce agit comme un dossier, l’index comme l’axe et le majeur pour faire tourner la balle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Une poignée en forme de boule de carrom est également utilisée pour le curseur, bien qu’il ne fasse pas tourner la balle aussi fort qu’il le fait avec une boule de carrom. Le googly est, bien sûr, livré du dos de la main avec une couture légèrement inclinée et avec plus de poignet dans la balle. La vitesse du bras est plus lente que pour son agrafe hors pause, la balle est plus lancée et elle tourne plus que les googlies de, disons, Rashid Khan.

Cette variété s’accompagne d’une précision infaillible. Fondamentalement, quoi qu’il joue, il joue sur les souches, forçant les batteurs à jouer.

L’attention sans précédent portée à Theekshana a inquiété l’entraîneur du Sri Lanka, Mickey Arthur, s’il avait exposé son atout trop tôt. Il a imploré les diffuseurs de ne pas trop le disséquer. « Pouvons-nous nous accrocher à trop l’analyser avant les WC, s’il vous plaît ! a-t-il tweeté.

Mais son skipper Dasun Shanaka a sonné un avertissement aux adversaires potentiels. « Ce n’est pas facile de le lire parce qu’il a maintenant le googly, et le carrom ball, et son off-spin aussi. Parce qu’il a plusieurs variantes, je ne pense pas qu’il sera facile pour une équipe de le lire. Ce n’est pas seulement à quel point il est difficile de le lire, nous savons aussi qu’il est un quilleur habile.

C’est peut-être aussi l’héritage de Mendis, même si sa carrière languissait inachevée, plus à cause des blessures que du reflux du mystère. Il a inspiré une génération de spinners mystérieux, encouragé les expériences de prise, de manipulation des coutures et de relâchement, et élargi les horizons du spin bowling. Et à ceux qui pensent que la lignée des filateurs mystères est sans successeur au Sri Lanka, Willis rétorque : « Il suffit de regarder un match de l’école. Vous pouvez en choisir autant que vous voulez. Perera est d’accord et devient philosophe : « Pour nous, peut-être, les filateurs mystères sont les orthodoxes et les orthodoxes, les filateurs mystères.

Quelles que soient la définition et la perception du mystère, Theekshana a maintenant le monde du cricket autour de lui aussi envoûté que les enfants autour de lui en cet après-midi ensoleillé à Colombo où Perera a jeté les yeux sur lui pour la première fois.

WWE Superstar Becky Lynch
Ahead of WWE Crown Jewel, Becky Lynch talks about motherhood and motivation

At SummerSlam 2021, however, Becky Lynch made an epic return, entering the ring after Sasha Banks was deemed unable to challenge SmackDown Women’s Champion Bianca Belair, knocking future substitute Carmella out of the ring and overcoming the EST of WWE in an impromptu match to become a five-time Women’s Champion.

Soon after, Lynch proved her star burned hotter than ever when she was drafted to Raw with the No. 1 pick in the WWE 2021 Draft.

Becky Lynch has broken enough glass ceilings to become the longest-serving female Raw champion in history, but the 34-year-old has reached new heights by balancing her work and personal life.

In a recent interview with wwe.com, after giving birth to her first child, the SmackDown Women’s Champion opened up about how she manages her life as a mother and how she brought baby Roux to Monday Night Raw, and did double duty. .

Being a mother made Becky Lynch think about life differently.

“One thing I find that I look at differently now [that I am mother] are social media and how it affects people, and how it affects young people in particular. You might have noticed, but I don’t really post that much anymore, and it’s basically around the story of how we empower women to use our voices appropriately, especially when there is so much noise all the time. I think I’m still trying to figure all this out, but I think everything I do carries a lot more weight now that I’m a mom.

She also spoke about how women should be confident in themselves.

“I think it’s about being true to yourself and trusting your instincts. As women, and as people, we often don’t trust each other enough and I don’t know where this is coming from. Growing up we are always told to be careful and not to do this or that, but I think you have an inner voice that never serves you badly. I don’t remember ever having thought in my life that I wished I hadn’t trusted my instincts. Once we follow our intuition, it always brings us to the right places.

Meanwhile, speaking on the Triple Threat Match at WWE Crown Jewel, she said, “First of all, people can expect me to always come out as the Smackdown Women’s Champion. On top of that, they can expect a barnstormer of a match.

“Whenever you find yourself Sasha Banks and Bianca Belair – three of the best in the business regardless of gender – you know you’re going to be watching something very special and there’s no doubt this match will steal the show. “, she concluded. .

WWE Crown Jewel 2021 – LIVE on SONY TEN 1 (English), SONY TEN 3 (Hindi) and SONY TEN 4 (Tamil and Telugu) on October 21, 2021 from 9:30 p.m. (IST).